Jean-Luc Minier l’âme de la Maison Pour Tous

Jean-Luc Minier l’âme de la Maison Pour Tous

Jean-Luc Minier n'a pas qu'une casquette à la MPT

Jean-Luc Minier est animateur depuis vingt ans à la Maison pour tous, où il est aujourd’hui responsable de la plupart des secteurs.

Animateur à la Maison pour tous, Jean-Luc Minier est de nature discrète. « Je suis un travailleur de l’ombre », plaisante-il. Il a pourtant été mis dans la lumière vendredi. A l’occasion des vœux de la maison de quartier, un hommage lui a été rendu. « Généralement, dans notre travail, les animateurs font un parcours de quelques années et après ils s’en vont, explique Hervé Guedjali, le directeur. Au bout d’un moment, il peut y avoir de l’usure… »

“ J’essaie de donner le meilleur de moi-même ”

Jean-Luc Minier, lui, est à la MPT depuis vingt ans. Et il est toujours aussi dynamique. « J’ai participé au recrutement de Jean-Luc au moment où il est arrivé en 1993. Il a un peu vieilli, il a pris des cheveux blancs mais il a gardé la niaque, se félicite Hervé Guedjali. Il a gardé cette fraîcheur, la capacité de se renouveler… Il a réussi à garder son enthousiasme. »
Son secret ? « A 16 ans, j’étais à l’usine. Je sais qu’on fait un métier super-enrichissant. » Né aux Renardières, l’animateur, qui a passé sa jeunesse à Ingrandes-sur-Vienne, s’est aussi attaché au quartier de Châteauneuf. « Je suis vraiment tombé amoureux du quartier et de ses habitants, qui m’ont fait une place parmi eux. » Et il le leur rend bien. « J’essaie de donner le meilleur de moi-même. J’essaie de transmettre ce que je suis, mes valeurs : solidarité, entraide, camaraderie… » Il fait aussi beaucoup pour eux.
De quoi est-il le plus fier ? « Le Cabaret du roi de trèfle, qui était un casino-tripot-concert, tout ce qui est séjours, tout ce qui est insertion sociale et la gestion du service vie associative, qui n’est pas simple… »

Responsable de la plupart des secteurs

A 46 ans, Jean-Luc Minier est aujourd’hui responsable de la plupart des secteurs (culture, insertion, vie associative et vie du quartier). « C’est un pilier de la MPT », souligne le directeur de la maison de quartier, qui compte quatorze autres animateurs. Un pilier sans lequel elle ne s’effondrerait peut-être pas mais perdrait sans doute un peu de son âme…